Actualités

Métiers du Web : découvrez ici les plus en vogue !

De notoriété publique, l’avènement du numérique a particulièrement renforcé le processus de transformation du monde en un village planétaire. Internet est aujourd’hui omniprésent dans tous les pays, toutes les familles et sur toutes les lèvres. Ses prouesses font couler beaucoup d’encre et de salive aux experts de la communication et son essor étonne plus d’un. Il est indubitablement le secteur d’avenir comme l’indique bien l’avalanche d’écoles de formation aux métiers web qui naissent tous les jours. L’objectif est d’actualiser les connaissances numériques afin de mieux cerner le marché. Le secteur digital est également l’un des domaines d’activité qui absorbe plus de demandeurs d’emploi chaque année. Sûrement, les métiers Web vous passionnent ! Alors, découvrez dans la suite de cet article les métiers les plus en vogue.

Le profil de développeur est une véritable convoitise pour les entreprises

Loin de l’importance de développeur web, les métiers associés à l’Internet sont multiples de nos jours. Ils font appel à une forte dimension relationnelle et des activités qui nécessitent le sens d’équipe. Mais il s’est trouvé des gens pour démontrer que le profil de développeur est le plus convoité par les sociétés. En effet, un développeur web est comme une condition sine qua non pour le fonctionnement efficace et efficient d’une entreprise.

Le développeur numérique est ce professionnel chargé des langages informatiques.

Il a le réflexe de définir rapidement les alternatives techniques pour satisfaire au mieux les exigences ou besoins d’un projet. C’est un spécialiste de la programmation informatique qui s’implique formellement dans les travaux de développement des programmes (applications) du « World Wide Web ». Il est aussi spécialisé dans l’exécution des applications via un serveur web d’un navigateur Web et qui transmet les informations par le protocole HTTP. Et vu sous cet angle, il apparait comme la solution technique et de surcroît la pièce maîtresse du fonctionnement technique de toute entreprise formelle.

Le développeur Web peut répondre aux exigences professionnelles de n’importe quelles organisations même les sociétés multinationales, gouvernementales… Les PME (Petites et Moyennes Entreprises) ou les Freelances peuvent aussi solliciter les connaissances des développeurs Web. Toujours est-il que ces praticiens informatiques peuvent travailler en plein temps comme salariés pour les entreprises. Mais d’autres préfèrent fonctionner comme consultant en travaillant en indépendant ou en sous-traitance pour des agences Web, d’emploi ou encore des ESN.

Un bon développeur Web doit être en mesure d’intervenir sur le plan Serveur ainsi que le front-end. Ceci suppose la mise en application d’un ensemble de paramètres visuels utilisés dans les applications et services Web de même que les API. Et en fonction de la nature de développement, du langage programmable utilisé, de l’emplacement et de l’ancienneté, le salaire d’un développeur peut être très intéressant. Un développeur Web peut toucher un salaire mensuel de 100 000 dollars dans les grandes villes métropolitaines.

Le métier de traducteur web : moyen de facilitation des échanges commerciaux

À cette époque de numérisation de l’économie mondiale, les métiers ont dans leur ensemble subi une mutation stupéfiante. C’est dans ce registre que s’inscrit justement la révolution du métier de traducteur avec l’avènement digital. Plus besoin de vous rappeler combien le rôle de traducteur est capital dans les affaires. Aujourd’hui, faire traduire les documents de travail n’est plus une question de choix. C’est presque un impératif si vous souhaitez optimiser vos échanges commerciaux.

Mais, comment le traducteur s’est-il adapté à l’évolution technologique ? En effet, il est aisé de démontrer que le traducteur de notre époque et celui de l’époque passée ont des points communs. Du point de vue des connaissances linguistiques et écriture, nous pouvons dire que l’essence même du métier de traducteur demeure inchangée. Cependant, les modalités et les moyens de travail ont connu une avancée majeure grâce à la révolution informatique.

Alors, de petites formations de recyclage pourraient suffire pour devenir un excellent traducteur. Il existe même des possibilités pour se faire former via internet. C’est ainsi que vous allez entendre parler aujourd’hui de traducteur autodidacte ou indépendant. Il est désormais possible de rester en France pour faire traduire un document par traducteur chinois résidant aux USA. Apparemment, tout devient possible et facile dans le métier de traducteur avec l’Internet.

Nous ne sommes plus à cette époque où les courriers postaux régnaient en maître. Nous ne sommes plus à cette époque où le traducteur est contraint de livrer son travail en version papier. Autrement dit, ce temps de la matérialisation du métier de traducteur est révolu. L’Internet a changé complètement le système de fonctionnement de ce métier.

Et ce n’est pas tout ! Le statut de traducteur a aussi été impacté positivement par la révolution digitale. C’est dire donc qu’aujourd’hui, le taux des traducteurs salariés pour les agences de traduction a considérablement chuté. De nos jours, c’est le « mode freelance » qui caractérise le métier de traducteur.

Dans tous les cas, faire traduire par exemple des messages en freelance ou par le biais de cabinets de traduction vous prédispose à des prix disparates. Ces prix obéissent à beaucoup de critères généralement spécifiques. Le devis d’une traduction peut varier selon la paire de langues, le délai de travail, le nombre de mots. C’est sur la base de ces différents critères que les prestataires en traduction fixent leur prix. Et si vous entrevoyez faire traduire certains documents, alors cliquez ici pour faire une demande de devis pour votre traduction. D’une manière ou d’une autre, le métier de traducteur web peut constituer une source de fortune. Il peut vous ramener beaucoup d’argent.

La profession du social media marketer : gage de la célébrité numérique des sociétés

Nous sommes d’accord que la websites sécurité, le Cloud, la mobilité, l’analytique et le social sont les domaines stratégiques du numérique. Et si ces domaines ont connu une nette et fulgurante progression ces dernières années, c’est grâce à l’ingéniosité de certains professionnels informatiques. Parmi ceux-ci, figure le social media maketer. Pour lever les ambiguïtés sur ce métier web, nous tenons à notifier qu’un social media marketer assure la notoriété d’une entreprise.

Il porte l’entière responsabilité de la politique stratégique de présence d’une marque dans les réseaux sociaux. C’est au social media marketer qu’il revient d’identifier les potentielles cibles d’internautes favorables à un dialogue de démarchage clientèle. C’est également à lui qu’il revient de s’approprier une bonne diplomatie de négociation de CRM (parlant de relation client). Pour cela, il est pertinent qu’il ait la capacité de besogner en mode transversal. Il doit aussi apprendre à exécuter ses travaux en collaboration avec les responsables SEO et SEM.

Néanmoins, il convient de souligner que le social media marketer est une nouvelle profession web qui n’est pas encore subordonnée à une formation stricte. Que vous soyez autodidacte ou diplômé d’une école de filière commerciale ou même littéraire, vous pouvez bel et bien prétendre à l’exercice de métier web. Seulement, une condition s’impose à vous. Vous devez avoir une grande sensibilité en marketing et affaires, préconise Perrine Grua, Directrice générale d’Aquent (un cabinet de recrutement). Cette dernière ajoute même que les diplômés en Science Po et en Journalisme ont également les aptitudes pour réussir dans ce nouveau métier web.

Le chef de projet Web reste l’allié privilégié du développeur Web

Le chef du projet web doit avoir un œil régulier sur les travaux du développeur web. Il lui revient également de droit d’élaborer le cahier de charge. Il est appelé aussi à coordonner les actions de l’ensemble des acteurs intervenant dans la réalisation d’un projet Internet (création ou modification d’un site Internet ou des programmes mobiles…). L’objectif est de s’assurer du fonctionnement normal du projet.

Le métier de chef projet marketing online : le maître mot des sites E-commerces

Vous pouvez aussi l’appeler « responsable d’acquisition online ».

Le chef projet marketing online est un expert en marketing numérique chargé des campagnes de séduction clientèle et de prospection.

Ses compétences s’étendent également à la conquête des échanges commerciaux indispensables pour les plateformes E-commerces, mais aussi les médias. Disons qu’il est le maître d’ouvrage qui orchestre et supervise toutes les manettes d’acquisition et d’évaluations correspondantes. C’est le cas du référencement, de la stratégie sociale et média.

Le métier de responsable chargé du référencement SEO : l’assurance de la visibilité des moteurs de recherche

C’est le génie du référencement des sites Internet tant pour les médias que pour les ventes en ligne. Il garantit aux moteurs de recherche comme aux réseaux sociaux une excellente visibilité. Les médias et les sites E-commerces ne peuvent optimiser leur visibilité sur les moteurs de recherche sans le travail d’un chargé de SEO. De ce fait, la communication reste alors une obsession pour les responsables SEO. Ce n’est donc pas pour rien que ces derniers s’appuient sur deux principaux éléments pour produire plus de contacts. Il s’agit :

  • du référencement payant qui s’effectue par achat de mots clés. C’est le domaine de compétence des experts en SEM (Search Engine Managment) ;
  • du référencement naturel qui se fait par des partenariats s’appuyant surtout sur la responsabilité SEO (Search Engine Optimization).

Le rêve de nombreuses marques étant de figurer sans doute dans les résultats de Google, le SEO est devenu l’allié privilégié des plateformes web.

Le travail de Digital brand manager : le professionnel des marques

Avec un directeur numérique, les marques n’ont plus à s’inquiéter pour la promotion de leur image. Avec son expertise, le directeur numérique coordonne toutes les politiques visant à marquer d’un sceau la présence d’une marque sur les plateformes web. De par sa fonction, il n’est pas loin du rôle d’un social media marketer. En effet, il est appelé à tout mettre en œuvre pour asseoir l’existence d’une marque sur les réseaux sociaux. Les campagnes ou opérations de charme sur Internet de même que les campagnes de conquête de terrain en ligne sont aussi ses domaines de prédilection.

Que retenir du métier de responsable e-CRM ?

Voilà l’un des profils les plus recherchés par les entreprises surtout commerciales. Le chargé de CRM reste aujourd’hui le partenaire privilégié des sociétés du B to C. Et pour cause, cet expert du multicanal à la faculté de fidéliser la clientèle d’une boutique en ligne. Vous savez comme nous ce que la fidélisation de la clientèle représente pour une entreprise. Alors, vous comprenez pourquoi le profil du responsable CRM est si recherché par les organismes.

Le responsable CRM est le bras relationnel client des entreprises. Pour réussir donc sa mission, il définit les outils et stratégies pouvant répondre à la satisfaction de la clientèle. Il stimule la qualité des services d’une société en explorant l’ensemble des moyens indispensables au maintien de contact avec la clientèle. Ces moyens peuvent être les réseaux sociaux et autres. Le plus important est de veiller à la qualité et pertinence des messages à véhiculer.

Le community manager : l’autre moyen pour maintenir le contact avec les clients

Pendant longtemps, le rôle de community manager a été réservé aux stagiaires. Voilà pourquoi beaucoup d’entreprises laissaient le dialogue avec leurs fans des réseaux sociaux à la charge des stagiaires. Mais cette forme de communication est révolue, car le flux des messages grossit chaque jour.

8 autres professions web en vogue

La plupart des entreprises éprouvent le besoin de numériser leurs services en fonction de leurs exigences. Et cette volonté d’adapter l’internet à leurs prestations donne lieu à la naissance des spécificités professionnelles digitales. On assiste donc à une multitude de métiers comme mentionnés ci-dessus. À toutes ces professions numériques préalablement citées viennent donc s’ajouter :

  • le data scientist ;
  • le web analyst ;
  • le UX designer ;
  • le chef produit internet et mobile pour le compte des téléphones portables ;
  • le traffic manager ;
  • le commercial web ;
  • le Webdesigner spécialiste de la création des maquettes ;
  • le chargé de la sécurité des systèmes informatiques.

 Avez-vous une idée du portail des professions numériques ?

Selon BIPE, le secteur numérique a une capacité annuelle d’embauche de plus de 35 000 emplois. Ce secteur d’activité devient donc l’un des plus grands secteurs de réduction du taux de chômage en France. Qu’il s’agisse des sociétés du secteur digital proprement dites ou des structures classiques qui se numérisent, les métiers Web aiguisent l’appétit de nombreux chômeurs. L’émergence du E-commerce, l’avènement des Smartphones, la tendance des réseaux sociaux et autres ont transformé en un temps relativement court les habitudes des consommateurs.

Désormais, l’expérience des emplettes et de bien d’autres besoins inhérents au quotidien de l’homme est passée du mode traditionnel au mode moderne. La conséquence immédiate est l’élargissement du champ d’action ou d’intervention des métiers digitaux. Ce qui explique l’apparition de nouveaux besoins et surtout de nouvelles fonctions pour les entreprises.

C’est dire donc qu’au fil des années, plusieurs spécialités professionnelles web ont été développées. Aujourd’hui donc, le portail des professions liées à l’Internet regroupe plus 80 métiers associés à des profils absolument divergents dans les secteurs :

  • de l’Informatique et Réseau ;
  • du multimédia ;
  • du design ;
  • des maquettes ;
  • de la communication ;
  • du marketing digital ou Webmarketing ;
  • du commerce en ligne…

Mais, une chose reste évidente, le mécanisme de répartition des tâches et missions associées aux métiers Web diffère d’une entreprise à une autre. Les sociétés n’emploient pas les mêmes modes ou stratégies de gestion des tâches numériques. Pendant que certaines entreprises regroupent plusieurs métiers web en un seul poste, d’autres préfèrent attribuer à chaque poste un métier web. Mais, quels que soient les cas de figure, les métiers numériques restent la tendance du moment et les métiers d’avenir.

Show More

Paul

Je travaille à la Fnac et je suis chargé du rayon High-tech ! Toutes les nouveautés et les offres des entreprises de technologies n'ont plus aucun secret pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close